Y’en a qui sont pas gênés…

Ben non hein !

Ce matin, je reçois un mail de Roumanie, qui me propose de participer à the greateust kariqature exhibition in ze weurld que all ze artistes around ze world i peuvent participer.
Le sujet est imposé, c’est exclusivement des caricatures d’un journaliste et écrivain, qui est probablement un personnage historique roumain.
Bon, jusque-là, ça va.
Et puis quand on lit le règlement, on arrive à la ligne suivante :

8) All artwork entries will become property of the organizers.

Tous les travaux reçus deviendront la propriété des organisateurs.

On bosse gratos sous prétexte d’être exposés (ah la belle carotte qui fait avancer cet âne d’artiste), et en plus, on n’est même plus propriétaires de ce qu’on a fait, et y’en a qui font leur petite carrière avec.

Ben moi, c’est des trucs qui m’énervent.
Alors c’est non.

M’enfin, au moins, ils cachent pas leur jeu.
Mais je vais quand même pas leur faire un lien.

19 réflexions sur « Y’en a qui sont pas gênés… »

  1. Le pire, c’est que c’est que c’est pas si rare que ça, ce genre de propositions.
    Il y a tellement d’artistes qui sont prêts à n’importe quoi pour se sentir "reconnus" et acquérir un peu de notoriété.
    Mais quelle notoriété y a-t-il à récupérer quand on est noyé au milieu d’une énorme expo collective, qui de surcroît impose à tous le même motif ?
    Moi, je pourrais le faire pour une cause humanitaire, ou un sujet qui me passionne, et à condition que les organisateurs ne s’approprient pas aussi tranquillement les droits des artistes, sans offrir une réelle compensation.
    Mais en dehors de ça, mon égo n’est pas assez mégalo pour je rêve d’être exposée n’importe où et dans n’importe quelles conditions.

  2. Les gentils z’organisateurs roumains se sont créés une loi tous seuls ? Comme çà tout d’un coup ? Mais, çà va pas du tout… y faut les dénoncer ces mecs là ! Et défendre les droits des artistes qui soient ou pas "reconnus" Nan m’enfin !!!
    çà agace agace ce toupet !

  3. C’est plus compliqué que ça. La législation sur la propriété littéraire et artistique différe suivant les pays et je ne connais pas la loi roumaine, donc je ne peux pas la commenter.
    Les organisateurs de l’expo annoncent la couleur dans le règlement, donc ils sont clairs.
    Sur leur site, il y a des photos qui te donnent une idée des conditions d’exposition, et des galeries qui te permettent de constater qu’il y a déjà des dizaines d’artistes qui se sont prêtés à l’exercice, parce que c’est une expo permanente reliée au musée consacré au gars en question.
    Et apparemment, ça dure depuis un moment, et ils l’alimentent par ce procédé.
    Après tu acceptes, ou tu n’acceptes pas, d’y participer. C’est toi qui fait le choix. Il n’y a pas d’arnaque.
    Moi, je dis non, et je râle parce que j’estime que ce qu’ils proposent en échange n’est pas réellement intéressant pour les artistes.
    Je pense que ça crée un effet de saturation sur le spectateur, et ça noie chaque artiste dans la masse. Et l’autre effet Kiss-cool de l’acceptation du règlement, c’est qu’ils auront le droit de publier les images comme ils veulent et où ils veulent, sans payer un sou aux artiste, qui ont déjà participé gratuitement.
    Mais il n’y a rien d’illégal dans leur démarche si l’artiste l’accepte au départ.

  4. Hallucinant !

    > FreZ, je crois qu’on peut y ajouter le sourire de la crémière ! 😉

    PrincessH, appelle la garde et fais chasser ces manants ! palsambleu !

    Au passage, je tiens à dire que je suis totalement ravie de ton rythme actuel, Princesse ! 😀

  5. Proposition bien sur inacceptable mais tellement courrante. Mais j’ai appris ce que ce sont des nèfles. J’ai fouillé mon dico pour découvrir l’arbre et ses fruits. Faut dire que mon Nord est beaucoup trop Nord pour ce fruit. Ne-oui (merci).

  6. Oui, c’est un fruit qu’on utilise dans cette expression désuète : "Des nèfles!".
    Qu’on peut traduire par : "Ça va pas, non ?", "Et puis quoi encore ?", "Pas question !", "Mon Q !", et pour résumer : "Non, no, nein, niet, nada, zilch !"
    Et moi, j’ai décidé de remettre au goût du jour les expressions désuètes, après avoir vu Mademoiselle Agnès pouffer stupidement sur Canal+, parce qu’un invité avait prononcé le mot "chandail".
    Sans doute que ça ne se dit plus dans le monde si passionnant de la mode et des "jeunes créateurs".

    Un jour, je ferai un billet à propos de la mode, tiens… Je me suis déjà fait engueuler par mail, parce que j’ai commis le sacrilège, dans un vieux billet, de dire du mal du style vestimentaire de Carrie Bradshaw dans Sex and the City, et j’adorerais aggraver mon cas.

  7. Ouaip, je vois très bien le genre de concours que ça peut bien être… ça m’a toujours un poil dégouté ce genre de conditions… dans mon centre de formation c’était pareil: toute production faite dans l’enceinte du centre est la propriété de l’école: donc pas le droit de développer plus tard, pas le droit de récuperer les sources… rien. Grmbl.

  8. ahah. oui c’est fréquent ce genre de choses hélas…
    Dans un genre un peu similaire en pas tout à fait pareil, on m’a proposé il y a quelques jours a great exzibichion in italie trop whaou avec des artistes of ze world tout ça qui bute sa mère en slip (je mets slip pour tes referrers bien entendu).
    Fallait juste payer les tirages et le transport. Une paille hihi.

  9. Mes referrers te remercient ! :-)))

    Tiens, ça serait pas les mêmes Italiens que ceux dont je t’ai parlé l’autre jour ? Genre un grand mail traduit mot à mot de l’italien, ce qui déchire un peu à la lecture, et un thème sur les droits de la femme ?
    Si c’est eux, moi aussi, j’ai eu.

  10. de mon côté j’ai eu fort aussi : un mail d’une équipe en engleterre qui propose de faire connaitre mon site qu’il est tip top pimpant marvelous, et que pour ça je peux leur envoyer des images qu’ils mettront dans un cd rom envoyé aux galeries partout dans le monde yeah trocoulle !!! …

    sauf qu’en allant sur leur site, je découvre que c’est 200 euros pour leur donner 4 images en taille web, un truc du genre 350 euros pour leur donner 11 images, et les galeristes sont supposés payer 150 euros pour acheter ce cd rom de pub dont la jacquette immonde faite sous paint est affichée sur le site.

    Mouarf.

    et les mecs s’étaient fait une page presse en plus, pour montrer que c’est bien respectable et connu leur truc : les gros titres scannés des journaux prestigieux sur la planete, et en dessous de chaque titre, le petit carré de la petite annonce payante qu’ils y avaient passé 🙂 .
    un seul vrai article dans un canard de leur coin …

    j’ai tellement ri que je n’ai pas pris le temps de voir les autres pages, mais d’ici là à ce qu’ils demandent une comm en cas de vente … pfff 🙂

  11. Ils me semblait que pour les concours comme Bologne, c’est un peu pareil, non?
    Sinon, les expressions désuètes, j’adore: "Saperlipopette" est mon préféré 🙂

  12. Petite explication de texte, si je peux me permettre… Le principe d’abandon des droits se justifie souvent par des mobiles purement pécuniaires, mais aussi pour éviter toute demande ou tout recours utltérieur de la part du contributeur. Exemple: supposons que Mr Y contribue à une exposition (payante pour les visiteurs et subventionnée par l’état) par une de ses oeuvres. Si une telle protection juridique n’a pas été mise en place, rien n’empêche Monsieur X dans la juridiction locale ou dans la juridiction de son propre pays (et là les américains sont coutumiers du fait) d’intenter ensuite une action en justice, afin d’obtenir une part des recettes ou des subventions. Voire même des dommages et intérêts.
    Ceci étant dit,c’est surtout l’occasion de constituer un fond d’oeuvres sans débourser le moindre kopek.
    Et, Chère PrincessH, tu as bien raison de leur proposer des nèfles. Parce qu c’est un fruit qui se mange à moitié pourri… C’est tout ce qu’ils méritent!

  13. Exact sur tous les points, my dear Jojo ! :-)))

    Doune > Pour Bologne, je sais pas, j’y suis jamais allée.

    Krysalia > Ça m’étonne même pas. J’ai aussi reçu un papier dans mon courrier, où je devais, soit-disant, confirmer les différents paramètres de mon inscription sur l’Annuaire du Web pour le renvoyer ensuite. Et quand j’ai lu les petites lignes en bas, celles qui sont en corps 8, il était dit que l’inscription en question coûtait 875 euros.
    Ben tiens.

  14. ben voyons …..
    aux innocents les mains pleines … et aux naifs les poches vides.
    c’est hacment hype de nos jours de s’en mettre plein les fouilles en en foutant pas une sur le dos des autres ….
    Et en plus pour les gens qui n’ont absolument aucun sens de l’honneur y’a aucun problèmo non plus pour pouvoir se regarder dans le miroir et se sentir à l’aise dans ses basques …
    BOUHH HOUUUUUUUUUUU ! ouat eu sheïmeuuuu ! beurn deu ouitche !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *