La journée de la jupe

 

La journée de la jupe

Je vais être franche : qu’une religion requière que les femmes soient voilées, c’est un truc que je ne comprends pas.
Si Allah, le Tout Puissant, ne souhaitait pas que les femmes soient visibles par d’autres que leurs maris, il avait le pouvoir de les fabriquer comme ça : invisibles, sauf pour le gars qu’il faut épouser. Tu le croises, et paf ! Apparition !
Je crois que même les non-musulmanes, on serait clientes : ça nous simplifierait pas mal la tâche pour réussir à éviter les gros cons cachés dans des enveloppes de types sympas.
Du coup, pour la virginité, c’est simple aussi : tu sais tout de suite avec qui ça va bien se passer, et c’est pas forcément la peine d’essayer les autres. T’façon, ils te voient même pas. Alors que celui-là, il ne voit que toi.

Bref, le voile, je comprends pas.
Surtout quand on m’explique que c’est pour protéger les femmes du désir obscène des hommes qui ne savent pas se retenir.
Donc, c’est la responsabilité de la femme de ne pas les provoquer, les pauvres, ils sont comme ça, ils n’y peuvent rien. Et quand ils pètent un câble, ils n’ont aucune responsabilité, c’est tout la faute de la femme.

Et là, curieusement, je m’interroge : pourquoi ils sont au pouvoir alors ? Si ils ne savent pas se tenir ? Si la responsabilité de leurs actes, c’est pas leur problème ? (Et pourquoi leur parole vaut plus que celle d’une femme, etc, etc…)
Allah, il trouve ça normal ? Que des gros bourrins gouvernés par leurs pulsions se considèrent comme dominants de droit divin ?
Vaste débat.

Bref, le voile, je comprends pas.
Mais je trouve que c’est quand même violent, cette histoire de jupe trop longue. Evidemment, j’ai pas tous les détails, je ne suis pas à la place des enseignants de ce collège et des difficultés qu’ils rencontrent, des tensions qu’ils affrontent, et je commets sûrement une erreur en publiant cette miniBD…
Mais je trouve que c’est déjà pas facile d’être une femme, en général.
D’être une femme musulmane, ça me semble upgrader la difficulté, vu d’où je me trouve. C’est peut-être de l’arrogance de ma part de penser ça, et j’en demande pardon à ceux qui en seront froissés. Mais voilà, c’est l’impression que ça me donne.
Et en même temps, je me dis que pour cette jeune fille, c’était peut-être juste que la jupe allait bien avec son foulard.
Alors, je lui souhaite du courage. Et je lui dis que même si je ne comprends pas le voile, si c’est son choix, j’espère que tout va s’arranger et qu’elle pourra reprendre le cours de son éducation sereinement.

3 réflexions sur « La journée de la jupe »

  1. Moi je l’aime beaucoup, cette bande dessinée. Je trouve qu’elle témoigne bien de l’obsession de l’occident à dévoiler les femmes. Je suis aussi à cheval sur la question du voile parce que j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui m’échappe. Mais des jupes trop longues… on aura tout vu.

    Merci de rendre la question plus sympathique malgré tout <3.

  2. Tellement vrai, tellement triste… Oo
    Dans les 4 fantastiques, ils avaient régler le problème, l’héroïne était en pantalon, mais c’était la femme invisible…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *