PrincessH est pro-Vélib’

PrincessH à Vélib'

Et des fois, elle a du mérite.

Lundi matin, rendez-vous à 15-20mn de la Principauté.
Son Extrême Pragmatitude trouve que ça vaut pas le coup de prendre le métro ou le bus, et que d’un coup de vélo, ça va être réglé.
Ne se laissant même pas attendrir par un petit crachin breton mou de la b*te, elle se rend à la grosse station de Vélib’ toute proche.

Suite à une intervention des Escadrons de la Société Anonyme des Ennemis du Vélib’, la station ne contient que 2 vélos, n’en propose qu’un à la location : celui dont la roue arrière est complètement disloquée.

PrincessH, issue d’une lignée de conquérants fortement burnés, ne s’en laisse pas conter et se dirige d’un pas martial (toujours sous ce petit crachin précédemment évoqué) vers la station suivante.

Hélas, les Chevaliers de la Confrérie Secrète Anti Vélib’ ont opéré récemment :
La station contient 7 ou 8 vélib’.
N’en propose que 2 à la location.
PrincessH en prend un, qui malgré sa bonne mine roule 5 mètres, avant d’avouer que sa roue arrière est crevée.
PrincessH prend l’autre, dont la selle est réglé un poil trop haut et le levier de réglage coincé.
Qu’à cela ne tienne, PrincessH le prend quand même, c’est pas une mauviette.

800m plus loin, la selle, piégée par les Raiders Antivélib’ocypédiques, descend d’un coup. Et PrincessH se retrouve avec les genoux à hauteur des oreilles.
Réminiscence émue de l’époque des petites roues et tricycles, mais levier de réglage toujours coincé.

 

tricycle, mais j'ai vraiment la flemme de dessiner...

Comme elle a quand même fait 800m, Sa Très Entêtitude se trouve juste à hauteur de la station Vélib’ en face de sa banque. Elle va donc échanger le Vélib à la dite station.
Laquelle, toute acquise à la cause de la Conspiration des Vomisseurs de Vélib’, refuse obstinément d’en donner un autre.

PrincessH lègèrement humidifiée, mais d’un acier dont on fait les têtes de cochon inoxydables, marche jusqu’à la station suivante. Y emprunte un vélo qui, bien que dépourvu de poignée droite, l’emmène aimablement jusqu’à une station proche de son client.
Où, suite à un raid de la Cagoule Vélib’ophobe, aucun emplacement n’est disponible.

PrincessH roule donc jusqu’à la station suivante, heureusement équidistante par rapport au client, et arrive enfin à bon port. Juste avec 35mn de retard.
Note personnelle : ne pas prendre Vélib’ quand on veut être à l’heure à un rendez-vous.

Au retour, toujours habitée par la Burnitude Ancestrale et imbibée par le crachin, PrincessH décide que non décidément, elle ne prendra pas le bus, ni le métro. Allez savoir pourquoi ça l’enquiquine plus que de se faire tremper, en bataillant contre des vélos pourris. Sans doute que l’humidité commence à attaquer ses circuits.

Elle se rend donc à une des stations, y loue un vélo crevé, puis un autre.
Commence à se dire qu’elle va manquer de mouchoirs en papier pour essuyer les selles.

Roule jusqu’à la station membre de la Conspiration des Vomisseurs de Vélib’. Y rend son vélo dans le dernier emplacement dispo. Va déposer le chèque que son client lui a aimablement remis.
Retourne à la station, pour voir si elle a changé de camp.
Apparemment non.

 

Morukipu

Marche jusqu’à la station suivante.
Examine soigneusement le vélo qu’elle s’apprête à louer : pas crevé, roues intactes, selle à la bonne hauteur, poignées présentes à l’appel, pas de chaîne qui pendouille.
Loue le vélo.
La chaîne ne pendouille pas parce qu’elle est absente.

Reloue un vélo, que la borne 11 refuse absolument de lâcher en produisant des petits couinements qui lui ont été enseignés par la Triade du Crépuscule du Libre Destrier Cyclopédique.
Discute aimablement avec la dame qui est en train de louer le dernier vélo en état de marche.

Rentre à pied.
N’a plus de mouchoirs en papier.

 

25 réflexions sur « PrincessH est pro-Vélib’ »

  1. Oh quelle excellentitude dans le récit!
    Quelle bornitude dans le comportement!
    Quelle aventuritude dans le quotidien!
    Je sais pourquoi je voteritudirai toujours Princess H!
    (si j’arrive à envoyer mon comm’…)

  2. (woué ça a marché! M’enfin j’ai du repasser sous explorer pour y arriver… un peu l’impression de prendre le véllib’ du net moi, pour poster chez votre Immensitude..)

  3. Le Vélib vient de s’installer dans la ville Rose avec un nom on ne peut plus original : VélôToulouse… Avec les collegz, on a décidé de l’appeler Vélouse, pour aller plus vite, et pour rester dans l’ambiance "lose" qui semble régner autour de toute tentative urbano-vélocipédique.

  4. Putain! Je veux qu’elle a du mérite.. !

    (nan, faut pas se borner au putain..Je viens du Sud, comme dirait l’autre, et ici, c’est comme une virgule, con !)

  5. Le provincial que je suis en costume/cravatte a vécu tout cela avec une variante des plus surnoises : la dernière fois, pas moyen de mettre la visa dans le trou assez vite et surtout avant qu’elle vous déclare "Délai dépassé, veillez recommencer l’opération"
    Je suis reparti à pied…

  6. Vous avez quand même un sacré manque de respect civique du mobilier urbain dans vote pays, Majesté. Va falloir rétablir la peine de mort de rire pour les déprédateurs urbains.

  7. hmm… ça donne envie !
    Ici pas de vélibs, mais des parkings super chers et très encombrés, y compris pour les résidents. je ne sais pas si c’est mieux car on tourne aussi des jours pour trouver à se garer assez loin mais pas trop. Enfin si, c’est mieux pour le crachin…

  8. Quelle aventure… 🙂
    Il parait que ça a un succès fou. Il est clair que quand on compte le nombre d’opérations nécessaires pour, en fin de compte, prendre 1 vélo (qui roule mal), ça fausse les chiffres…
    Mais l’intention reste belle.

  9. muf muf muf

    ce qui est chouette avec cette note
    c’est qu’on prend pleinement conscience de tes multiples talents: tu sais aussi bien écrire que tu sais divinement dessiner.

    En plus d’être follement héroïque de n’avoir zigouillé personne. La zénitude marche à tes côtés 🙂

  10. Ysabeau > rien n’est parfait…. J’avais un vélo à moi, mais il a été volé…

    La Trollette > Moi, j’utilise Safari et Firefox, et j’ai pas de problème avec.
    Bon, t’façon, le Célèbre LJVD s’est (enfin) mis à la rénovation des lieux, alors on va changer de plateforme incessamment….
    Le gros inconvénient, c’est que les commentaires de ce billet risquent de passer à la trappe, pour de sombres raisons webmasteriennes…. :-///

    Jérôme > Remarque extrêmement pertinente (et hilarante aussi ! Pffffrrrhihihi ! :-DDD)

    Eliane > Velouse ! Rhihihihi aussi ! 😀

    Chris > Aaaaah bon ! 😉

    guessw > Nous sommes donc compagnons dans l’Enfer Bicyclique…
    Oui, j’avais pas encore employé le mot bicyclique, merci de m’offrir une occase.
    (J’invente des mots si je veux.)

    Barzi > Mais point n’est mon pays, mon ami ! La principauté est une enclave, et j’étais en voyage protocolaire à travers un pays ami.
    Les bicycloprinciers marcheraient comme ça, des têtes tomberaient, j’aime autant vous le dire !

    krysalia > Ben t’façon, à Paris, questions parkings, c’est de plus en plus hard….

    Frez > mais moi, je reste adepte, même si y’a des jours comme ça, où on n’a vraiment pas de bol.
    Sans doute que le service de maintenance n’était pas passé depuis un moment, et occupé dans un autre quartier..
    Et pour être franche, tout ça m’a fait plutôt marrer, sinon, j’aurais pris le métro !
    En fait, le truc que je trouve le plus chiant, mais dont j’ai pas parlé finalement, c’est la restitution du vélo. Comme je suis un peu obsessionnelle, je ne suis jamais bien sûr de l’avoir rendu correctement, malgré les voyants lumineux et les bips.
    Alors je repasse systématiquement à la borne, pour vérifier et imprimer un reçu. Ça prend du temps, et des fois il n’y a plus de papier dans la machine.

    La question que je me pose au bout du compte, c’est comment Vélib’ pourrait ne pas être un gouffre financier ? Parce que 29 euros par an, c’est vraiment pas cher. Mais le coût de maintenance doit être astronomique…
    Pourtant, il ne faudrait pas que ça s’arrête, ça serait vraiment dommage…

    Angel > Comment tu me flattes !!!…. Même que des fois, je me demande pourquoi je me fais chier à dessiner, parce que ça va plus vite d’écrire…
    Remarque, je suis sûre que si écrire était mon métier, d’un seul coup, je trouverais que c’est super compliqué et que ça prend un max de temps…

  11. Hé bien, Votre Princicitude (ah ? Aurais-je mal compris les règles de création de nouveaux mots ?), je me régale à lire votre blog et ai piqué sur cette note un merveilleux fou-rire.
    Amicalement

  12. Il y a des jours comme ça où on est bien content d’avoir un beau vélo pas (encore) volé… En tout cas, le Vélib’ sied à votre majesté. Vous être royale en pareil éqipage

  13. Wouaaaa! Quelle ténacité ! Explosé de rire je suis en te lisant, merci pour ce bon moment de la vrais vie qui fait bien rire celui qui lit mais pas c’ui qui écrit.. A bientôt

  14. Chère Princessitude,

    Nonobstant l’emploi des mots grivois auxquels nous, humbles sujets, n’avons point été habitués de votre part (burné est un exemple), je voudrais faire quelques remarques, si vous m’y autorisez.

    1ère remarque: faudrait voir à pas critiquer les Bretons. Passeke sinon, va y’avoir du conflit dans l’air. Enfin… j’me comprends.

    2ème remarque: un vélib sans chaine PEUT fonctionner. Il suffit de le pousser. Ce qui est une méthode originale que Votre Altitude n’a pas essayée. Je serais vous, je changerai illico les Conseillers de la Principauté) Mais je dis ça, je dis rien moi.(Méthode alternative: ne l’utiliser que dans les descentes. C’est un écolo qui m’a refilé le tuyau. Et je ne parle même pas de la méthode Facteur, appelée aussi méthode Olivier)

    3ème remarque: Louer un vélib face à sa banque relève de la provocation pure et simple.Y’a des gens qui s’étonnent d’avoir l’oeil noir au dessus d’eux, faut pas en chercher très loin les raisons.

    4ème remarque: y’a pas de 5ème remarque.

    Voilà. Tout ça méritait d’être dit.

    (Nonmého! C’est quoi ça de critiquer les Bretons!)

  15. Gouffre financier, certes, mais en échange de contrats substanciels sur d’autres sujets (que j’ai présentement oubliés). Ca doit le faire, l’un dans l’autre…

  16. Coucou princess!
    Me voilà revenant de nulle part je sais ! 🙂 J’espère que tu te rappelles de moi et je vois que le talent est toujours au rendez vous!
    Et l’obstination vélib s’est emparé de toi, ahlalala quel courage…!!! 🙂
    Moi je reste au métro et bus même si j’avouerai des fois que les inconvénients sont des fois pas loin d’être pareils 🙂
    Enfin bon contente de voir ce blog toujours aussi en mouvement et plein de talent!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *