Humeur Principautière

PrincessH et l'humeur de merde

Ça va passer.

Pourvu que ça passe.

Quand je pense que je suis dans cet état alors que, en ce moment, je ne suis pas obligée de lire la presse (la Croix met ses dessinateurs en pause estivale entre le 15 juillet et le 31 août)… Peut-être des anti-dépresseurs pour reprendre ce taff à la rentrée ?

10 réflexions sur « Humeur Principautière »

  1. Quelle que soit la latitude, quel que soit le peuple, l’humanité a le don d’engendrer la désespérance du plus grand nombre. Il est bien difficile de s’éloigner du courant général et de parvenir à trouver l’espérance dans les petits bonheurs tous simples et méprisés : le vol d’un papillon par la fenêtre de la cuisine, le ronron d’un chat, la verdure d’un parc, les belles phrases soyeuses d’un vieux bouquin, l’observation des passants à la terrasse d’un bistrot, la simple présence de quelqu’un que l’on apprécie…

    • Voilà, en ce moment, même le vol des papillons et le ronron des chats, ça me fait un peu juste… Mais ça finira bien par passer. (Soupir)

  2. Je demande officiellement l’asile politique en princessipauté.
    Chuis pas de meilleure humeur.
    Je te préviens, je mets pas en maillot. C’est à poil ou rien.
    Je sais faire la tarte aux pommes.

    • Accordé ! Et je vais écrire un décret pour autoriser le non-maillot de bain en Principauté, en même temps que le burkini et la crinoline à la plage, ainsi que l’allaitement en public. Je suis pour qu’on foute la paix aux femmes !

      • son Altessitude est bien bonne.
        pour la peine, je laisserai le persil dépasser du cabas.

      • Spapossible. Quand on a pas de maillot, le persil est censé être totalement à l’air libre.

  3. Pit-être que sa Majestitude tourne en rond dans un environnement qu’elle connait trop bien… pourquoi ne s’autorise-t-elle pas quelques jours (un bon paquet de jour en fait) ailleurs, dans un lieu inconnu avec des gens qu’elle apprécie ou de parfaits inconnus ?
    Si j’avais plus qu’un appart’ tout naze, je l’aurai accueilli avec plaisir pour l’aider à se changer les idées (et les miennes tant qu’à faire ^^).
    Je devrai me contenter un câlin virtuel/numérique.

    • Comme c’est aimable à vous, aimable inconnu (?)…
      Ma majestitude aimerait pouvoir faire ça ! Mais elle a quelques obligations à base de travail et de Reine-Mère de 90 ans, en plus que les finances principautières sont un peu en rideau… #Lesclientsquinepayentpas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *